Portrait de Chii

Posté par marayahoneychan le 14 octobre 2008

Chii

Hormis deux protubérances en forme d’oreilles situées de part et d’autre du visage, Chii est en tout point semblable à n’importe quel être humain de sexe féminin. Enfin, semblable n’est peut-être pas le mot le plus adéquat, surtout si l’on songe au physique de rêve dont elle est pourvue, physique proche de la perfection rappelant à plusieurs égards celui de la poupée, à la longueur irréaliste de ses cheveux lisses et blonds ainsi qu’aux quelques centimètres la différenciant de la japonaise moyenne et contribuant à la rendre aussi fragile et délicate qu’une petite fille. Plus qu’une femme, Chii est en quelque sorte l’incarnation du fantasme masculin.

Créée pour tenir compagnie à sa sœur Freya alors en proie à des sentiments amoureux « incestueux » et offrir à cette dernière un surplus d’amour, Elda sera rapidement l’actrice et la spectatrice d’une véritable tragédie familiale. Eprouvée par la douleur de sa sœur jumelle et incapable de se séparer d’elle, Elda récupéra l’âme de Freya au détriment de sa propre mémoire. Suite à ce transfert, Elda sera pourvue d’une mission inconsciente très particulière : trouver la personne rien que pour elle. Elda, devenue Chii conformément au souhait de son nouveau propriétaire, trouvera le bonheur malgré les interrogations générées par sa sœur Freya dans le but de freiner ses ardeurs et lui faire peser les risques d’une relation amoureuse avec un être humain. Les humains ont conçu les persocons à leur image pour combler le vide issu de la dissension du lien social. Le persocon est censé pouvoir se substituer à l’homme dans la quasi-totalité des tâches. Pourquoi dès lors les traiter comme de simples ordinateurs et leur dénier le droit d’éprouver des sentiments au même titre que les hommes ? Pourquoi l’homme ne pourrait-il pas aimer un ordinateur de ce type ? Parce qu’il est incomplet et ne peut participer entièrement à l’acte sexuel. Conscientes de cette lacune, Freya et Hibiya chercheront à protéger Chii au maximum, en lui faisant réaliser que l’amour d’Hideki ne suffira pas à la rendre heureuse si celui-ci ne l’accepte pas telle qu’elle est, sans souhaiter davantage que ce qu’elle peut offrir.

Chii n’est peut-être pas constituée de chair et de sang, elle n’en reste pas moins un être humain à part entière dans tout ce qu’elle entreprend. Chii est sans doute, avec Hideki, le personnage qui nous délivre la plus belle leçon d’humanité tout au long de la série au travers de son amour pour Motosuwa. Chii s’investit lourdement dans cette relation tentant de faire tout son possible pour plaire à Hideki et participer à son bien-être. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, Chii éprouve de la tristesse, s’inquiète pour lui. Toute l’attention de Chii est focalisée sur celui qu’elle aime. Contrairement à David dans A.I de Steven Spielberg, Chii s’attache à son propriétaire de son propre chef, sans que ce dernier ait eu recours à une quelconque manœuvre, ce qui la rend d’autant plus unique et originale.

On a longtemps cru que Chii était un « CHOBITS » car aucun programme ne semblait guider son fonctionnement. Or, si Chii est bel et bien un « CHOBITS », ce n’est absolument pas pour la raison mentionnée ci-dessus. C’est à son concepteur que Chii doit cette appartenance à ce que les scientifiques appellent la race des « CHOBITS ». Non pas car elle ne possède aucun programme mais parce qu’il la considère, au même titre que sa sœur, comme la petite fille qu’il n’a jamais eu. « CHOBIT » signifie « petiot ». Le pluriel « CHOBITS » est là pour rappeler qu’il n’a pas une mais deux filles. Nous retrouvons ici l’une des raisons expliquant l’affection de l’homme pour le persocon : le besoin de combler un vide relationnel, qu’il en soit responsable ou simple victime.

On ne peut toutefois ignorer les différences opposant Chii et les autres persocons. Contrairement aux autres ordinateurs de son espèce, Chii est empreinte d’une naïveté peu commune, proche de l’ingénuité. Cette candeur a pour origine la perte de mémoire occasionnée par le transfert d’âme. Accueillir l’âme de sa sœur Freya lui a valu de perdre tous les souvenirs de sa vie passée, la rendant ainsi aussi pure et naïve qu’une enfant qui vient de naître. Autre différence de taille : le dispositif de destruction massive des circuits et programmes de ses congénères en cas d’échec de la mission qui lui a été attribuée. Heureusement Chii est parvenue à éviter le pire et à exaucer le souhait de son père en prouvant au monde qu’un persocon pouvait aimer et être aimé en retour. Le bonheur n’est pas réservé aux seuls humains sous pretexte que les persocons leur sont inférieurs. Il s’agit d’assumer le fait d’avoir eu la prétention de vouloir constituer des compagnons à leur image.

Conclusion : Chii est un personnage auquel il est facile de s’identifier tant son désir de satisfaire l’homme qu’elle aime est palpable et proche de celui que peut éprouver toute femme amoureuse. Je pense que nous nous retrouvons toutes quelque part en Chii en dépit peut-être de l’image quelque peu dégradante de femme-objet qu’elle laisse transparaître à bien des occasions au cours de l’anime.

Une Réponse à “Portrait de Chii”

  1. kaoru83 dit :

    J’ai bien aimé ce manga. Chii est super attachante mais moi ma préféré c’est Sumomo. La fin est vraiment magique. Hideki est vraiment drôle aussi.

Laisser un commentaire

 

Actualité de la Télévision |
Site de la serie " De tout ... |
LES DiiViiNES'.. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pub et Com
| De Tout Mon Coeur
| Mes séries TV préférées