Portrait de Chii

Posté par marayahoneychan le 14 octobre 2008

Chii

Hormis deux protubérances en forme d’oreilles situées de part et d’autre du visage, Chii est en tout point semblable à n’importe quel être humain de sexe féminin. Enfin, semblable n’est peut-être pas le mot le plus adéquat, surtout si l’on songe au physique de rêve dont elle est pourvue, physique proche de la perfection rappelant à plusieurs égards celui de la poupée, à la longueur irréaliste de ses cheveux lisses et blonds ainsi qu’aux quelques centimètres la différenciant de la japonaise moyenne et contribuant à la rendre aussi fragile et délicate qu’une petite fille. Plus qu’une femme, Chii est en quelque sorte l’incarnation du fantasme masculin.

Créée pour tenir compagnie à sa sœur Freya alors en proie à des sentiments amoureux « incestueux » et offrir à cette dernière un surplus d’amour, Elda sera rapidement l’actrice et la spectatrice d’une véritable tragédie familiale. Eprouvée par la douleur de sa sœur jumelle et incapable de se séparer d’elle, Elda récupéra l’âme de Freya au détriment de sa propre mémoire. Suite à ce transfert, Elda sera pourvue d’une mission inconsciente très particulière : trouver la personne rien que pour elle. Elda, devenue Chii conformément au souhait de son nouveau propriétaire, trouvera le bonheur malgré les interrogations générées par sa sœur Freya dans le but de freiner ses ardeurs et lui faire peser les risques d’une relation amoureuse avec un être humain. Les humains ont conçu les persocons à leur image pour combler le vide issu de la dissension du lien social. Le persocon est censé pouvoir se substituer à l’homme dans la quasi-totalité des tâches. Pourquoi dès lors les traiter comme de simples ordinateurs et leur dénier le droit d’éprouver des sentiments au même titre que les hommes ? Pourquoi l’homme ne pourrait-il pas aimer un ordinateur de ce type ? Parce qu’il est incomplet et ne peut participer entièrement à l’acte sexuel. Conscientes de cette lacune, Freya et Hibiya chercheront à protéger Chii au maximum, en lui faisant réaliser que l’amour d’Hideki ne suffira pas à la rendre heureuse si celui-ci ne l’accepte pas telle qu’elle est, sans souhaiter davantage que ce qu’elle peut offrir.

Chii n’est peut-être pas constituée de chair et de sang, elle n’en reste pas moins un être humain à part entière dans tout ce qu’elle entreprend. Chii est sans doute, avec Hideki, le personnage qui nous délivre la plus belle leçon d’humanité tout au long de la série au travers de son amour pour Motosuwa. Chii s’investit lourdement dans cette relation tentant de faire tout son possible pour plaire à Hideki et participer à son bien-être. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, Chii éprouve de la tristesse, s’inquiète pour lui. Toute l’attention de Chii est focalisée sur celui qu’elle aime. Contrairement à David dans A.I de Steven Spielberg, Chii s’attache à son propriétaire de son propre chef, sans que ce dernier ait eu recours à une quelconque manœuvre, ce qui la rend d’autant plus unique et originale.

On a longtemps cru que Chii était un « CHOBITS » car aucun programme ne semblait guider son fonctionnement. Or, si Chii est bel et bien un « CHOBITS », ce n’est absolument pas pour la raison mentionnée ci-dessus. C’est à son concepteur que Chii doit cette appartenance à ce que les scientifiques appellent la race des « CHOBITS ». Non pas car elle ne possède aucun programme mais parce qu’il la considère, au même titre que sa sœur, comme la petite fille qu’il n’a jamais eu. « CHOBIT » signifie « petiot ». Le pluriel « CHOBITS » est là pour rappeler qu’il n’a pas une mais deux filles. Nous retrouvons ici l’une des raisons expliquant l’affection de l’homme pour le persocon : le besoin de combler un vide relationnel, qu’il en soit responsable ou simple victime.

On ne peut toutefois ignorer les différences opposant Chii et les autres persocons. Contrairement aux autres ordinateurs de son espèce, Chii est empreinte d’une naïveté peu commune, proche de l’ingénuité. Cette candeur a pour origine la perte de mémoire occasionnée par le transfert d’âme. Accueillir l’âme de sa sœur Freya lui a valu de perdre tous les souvenirs de sa vie passée, la rendant ainsi aussi pure et naïve qu’une enfant qui vient de naître. Autre différence de taille : le dispositif de destruction massive des circuits et programmes de ses congénères en cas d’échec de la mission qui lui a été attribuée. Heureusement Chii est parvenue à éviter le pire et à exaucer le souhait de son père en prouvant au monde qu’un persocon pouvait aimer et être aimé en retour. Le bonheur n’est pas réservé aux seuls humains sous pretexte que les persocons leur sont inférieurs. Il s’agit d’assumer le fait d’avoir eu la prétention de vouloir constituer des compagnons à leur image.

Conclusion : Chii est un personnage auquel il est facile de s’identifier tant son désir de satisfaire l’homme qu’elle aime est palpable et proche de celui que peut éprouver toute femme amoureuse. Je pense que nous nous retrouvons toutes quelque part en Chii en dépit peut-être de l’image quelque peu dégradante de femme-objet qu’elle laisse transparaître à bien des occasions au cours de l’anime.

Publié dans Chii/Hideki | 1 Commentaire »

Portrait d’Hideki Motosuwa

Posté par marayahoneychan le 14 octobre 2008

Hideki Motosuwa

 Hideki est un jeune homme de 19 ans qui ne se démarque ni par le physique (Hideki est grand, mince, les cheveux bruns et courts, coupe classique), ni par la façon de se vêtir (jeans, baskets, sweetshirt). A priori, rien ne laisse supposer qu’Hideki ait été toute sa vie un fermier avec pour seule compagnie un troupeau de vaches. Rien… si ce n’est cette manie de toujours exprimer tout haut ce qu’il pense tout bas. Malheureusement pour lui, cette attitude peu ordinaire ajoutée à sa naïveté notoire lui vaudra bien des péripéties. L’expression hagarde de son visage sera d’ailleurs là pour témoigner de l’embarras dont il sera constamment la proie au fil des épisodes.

Hideki dispose de qualités indéniables. Il est généreux, loyal, sincère et à l’écoute de ceux qui l’entourent. Nombreux sont ceux qui bénéficieront de son altruisme, à commencer par Shibizu et Yumi qui se tourneront naturellement vers lui pour épancher leur douleur. Tout ceci s’explique parfaitement. L’allocentrisme d’Hideki, aussi exagéré soit-il, n’est finalement que le reflet de la pureté qui l’anime. Pureté issue de son inexpérience avec la gente masculine et féminine ou plus exactement de sa « niaiserie ». Hideki est comme l’oiseau tombé du nid. Habitué à la solitude campagnarde, le jeune homme ne connaît rien des rapports humains et a tout à apprendre. Son ingénuité transparaît dans chacune de ses paroles, dans chacune des ses actions. Malgré son âge, Hideki se comporte comme un véritable adolescent. Encore incapable de se prendre totalement en charge, notre héros a tendance à se préoccuper un peu trop de ce que pourrait penser ses amis voire un simple étranger. Son indécision permanente, mise en exergue par ses monologues à répétition, est d’ailleurs là pour le prouver. Certains événements tout à fait ordinaires tournent parfois en véritable tragédie pour notre ami. Il n’y a qu’à se rappeler l’épisode des sous-vêtements de Chii pour en être convaincu. Contrairement à ce qu’il craignait, personne ne l’aurait considéré comme un pervers juste pour avoir acheté une petite culotte dans un magasin de lingerie féminine ! La réaction puérile du jeune homme à cet instant précis n’est que le corollaire de son inexpérience des rapports avec le sexe opposé. Cette inexpérience est visible tout au long de l’anime, notamment dans sa relation avec Chii. Au contraire des autres propriétaires de persocons, Hideki a beaucoup de mal, à considérer Chii comme un simple robot. Il aura beau se répéter que Chii n’est qu’une machine, cela n’y changera rien. Chii est dotée d’un corps de femme et Hideki ne peut faire abstraction de ce détail. D’où son comportement protecteur, ses élans de tendresse et surtout son incapacité à violer son intimité (d’autres propriétaires n’hésitent pourtant probablement pas à assouvir le leur. Attiré par son persocon et honteux de son désir charnel pour ce dernier (alors que ), Hideki est comme un adolescent qui découvre l’amour. L’obstacle au laisser aller d’Hideki n’est pas tant la véritable nature de Chii que son inexpérience en matière sexuelle et la profonde estime qu’il voue à celle-ci (estime qui se transformera progressivement en amour).

Le fait qu’Hideki vienne de la campagne et dégage une ingénuité peu commune n’est pas un hasard. En lui adjoignant cette caractéristique, l’auteur a souhaité qu’Hideki soit perçu comme un être neuf, non encore tourmenté par les maux de notre société moderne (dissension des liens amoureux, amicaux et familiaux, repli sur soi, recherche d’un bonheur de substitution…) faisant ainsi du jeune homme le porte-parole idéal pour dénoncer ces dysfonctionnements sociaux. C’est ainsi qu’à de nombreuses reprises, Hideki s’interrogera sur la nature des rapports entre les hommes et les machines, révélant par là même un mal-être enraciné au plus profond du cœur humain.

Conclusion : Personnage clé de la série, Hideki Motosuwa adopte une attitude qui me touche énormément. Quelque soit la situation, Hideki reste entier et ne se départit jamais de sa gentillesse. Il veut toujours en faire trop, se donne à fond dans tout ce qu’il entreprend (surtout quand il s’agit de Chii) sans se soucier dans un premier temps d’être ridicule puis réalise ce qu’il a fait et panique, craignant de décevoir ceux qu’il apprécie. Il arrive parfois même que la spontanéité d’Hideki atténue le comique de la situation, rendant à la scène tout son sérieux malgré un début des plus rocambolesque. Loin d’être grotesque dans ces moments-là, Hideki parvient alors au contraire à séduire tous ceux qui l’entourent. Un personnage très très attachant.

Publié dans Chii/Hideki | Pas de Commentaire »

Chii et Hideki (Chobits)

Posté par marayahoneychan le 14 octobre 2008

Chii et Hideki

Du point de vue d’Hideki : Hideki n’a jamais pu se résoudre à considérer Chii autrement que comme un être humain. Dès leur première rencontre, le jeune homme respecte Chii, à tel point qu’il se refuse même à la toucher pour découvrir son fonctionnement. L’attrait d’Hideki pour la gente féminine ne disparaît pour autant pas lorsqu’il se retrouve seul avec Chii. Loin de là même. La proximité et l’impudeur de cette dernière provoquent chez le jeune homme une envie charnelle qu’il a bien du mal à réprimer. Au contraire de nombreux propriétaires, Hideki ne profitera cependant jamais de son persocon pour assouvir son désir latent, idéalisant trop Chii pour cela. Tout au long de l’anime, Hideki sera surpris par les réactions de cette dernière. Le fait que Chii se préoccupe de lui à toute heure de la journée, fasse de lui son centre d’intérêt exclusif l’étonne et perturbe toutes ses résolutions la concernant. Bien que connaissant la véritable nature de Chii, Hideki ne tardera pas à tomber éperdument amoureux de la belle humanoïde. Le besoin d’amour de Chii sera si puissant qu’Hideki ne pourra rester indifférent. Bien qu’il ne s’y résolve jamais totalement avant la fin de la série, la raison cédera bien vite la place au cœur. Hideki semble être celui qui initie Chii à la vie en société et cela correspond sans doute à la réalité dans une certaine mesure (il lui réapprend à parler poliment, à se comporter convenablement en présence d’autres personnes) mais l’inverse est tout aussi vrai si ce n’est plus vrai encore. L’apprentissage le plus éloquent de la série réside dans la découverte que fait Hideki du rapport humain et de lui-même. Son amour pour Chii va le transformer. Sa personnalité va s’affirmer. Passant ainsi de l’adolescence à l’âge adulte, Hideki assumera et ses sentiments et son désir pour Chii. Il fera même preuve d’une grande sagesse puisqu’il acceptera d’aimer Chii telle qu’elle est, en étant conscient des concessions auxquelles il devra inévitablement se soumettre sur le plan sexuel.

Du point de vue de Chii : L’amour de Chii pour Hideki concrétise à lui seul toute une vie, celle d’un ordinateur aux formes féminines créé par et pour les hommes. Sans cet amour réciproque, Chii n’existerait pas. N’oublions pas que l’on ne vit qu’à travers les souvenirs des êtres qui nous sont chers, suscitant leur amour et leur affection afin de graver à jamais notre image dans leur cœur. Sans cet amour, Chii n’aurait été toute sa vie qu’un vulgaire robot sans âme destiné à la seule satisfaction des besoins humains. Or Chii n’est pas qu’un tas de ferraille dénué de la moindre émotion. Chii ressent de l’amour, de la compassion, de la tristesse pour Hideki et le fait d’ailleurs clairement comprendre à ce dernier. L’amour de Chii pour Hideki est sans ambiguïté. On sent tout au long de l’anime qu’elle est prête à tout pour lui. Les interventions de Freya la font réfléchir mais jamais fléchir. A aucun moment, Chii ne doute de son amour pour Hideki. Il est la personne rien que pour elle. Les efforts de Chii seront finalement récompensés vers la fin de la série : sans avoir jamais véritablement cherché à conquérir, Chii y est néanmoins parvenue grâce à l’authenticité et la dévotion dont elle a su faire preuve.

Conclusion : Hideki et Chii forme un couple original qui marquera certainement encore longtemps l’univers du manga et de la japanimation. Non encore entachés par la vileté humaine, les deux tourtereaux vont apprendre à s’aimer sous le regard bienveillant de leurs proches, émerveillés par tant de sincérité et de candeur. Leur entièreté respective sera un atout de taille dans leur relation. Elle leur permettra de concrétiser leur amour en dépit de l’impossibilité théorique qui en découle, offrant ainsi la clé d’un nouveau bonheur accessible à tous où l’amour gomme les différences.

Aimez-vous ce couple ?

Chargement ... Chargement ...

Publié dans Chii/Hideki | 2 Commentaires »

 

Actualité de la Télévision |
Site de la serie " De tout ... |
LES DiiViiNES'.. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pub et Com
| De Tout Mon Coeur
| Mes séries TV préférées